A STARS shining in Alentejo

Mid-Feburary, our technical team went to Adega de Borba’s cooperative winery, in the heart of Alentejo, in order to provide the winemaking team with a training for their new equipment: a STARS30 unit for tartaric stabilization. A full week of constructive discussions allowed us to discover a leading winery in a history-rich region.

Alentejo: that Beauty is not Sleeping

Landing in Lisbon, ignoring the coast – thus disregarding the most typical touristic guidebook recommendations – and heading straight to the Spanish border. Welcome in Alentejo, a region covering the biggest part of the southern half of Portugal, east of Lisbon. The cities may seem quiet and the nature untouched, but don’t let that fool you: in Alentejo, slow and steady wins the race. Peaceful streets hide historical treasures, impressive monuments, a cuisine both rustic and on point, and wineries where liquid gems are in the making.

Wines with a personality

Alentejo’s riches can be found raw in its nature: the region produces marble and cork; its soils, made up of schist, granite and limestone are the perfect playing field for winemaking. Across history, royals and noble families took notice and established their holiday quarters in Evora or Vila Viçosa. Nowadays, wine lovers, blue blood or not, can enjoy Alentejo’s brews – and there are many. Red blends give the leading role to trincadeira, aragonez (tempranillo’s Portuguese moniker) and alicante bouschet, the latter being responsible for the reds’ ink-like intensity. Shyraz and cabernet-sauvignon are also given a chance to shine. White wines rely on arinto, roupeiro, and antao vaz’ head-turning aroma. About a million hectolitres are produced on the 22 000 hectares of the DO Alentejo – three quarters of it being red wines. Adega de Borba, with a 120 000hl production, is a key player in the region, in size as much as in name.

Adega de Borba : a pioneering tradition

Though it was encouraged by public policies, founding the cooperative winery in 1955 was a risky bet: winemaking was then carrying very little weight Alentejo’s grain-based economy. The bet was a winning one: today, Adega de Borba brings together 300 members over 2000 hectares, and employs 62 people. Of course, terroir and grape quality are at the root of success, but much more was needed to turn an asset into an achievement: a taste for innovation and constant improvement and a smart use of modern know-hows and technologies have been in Adega de Borba’s DNA for over fifty years. First, the winery looks much younger than it really is: careful maintenance and hygiene can work wonders, together with very modern, high-end equipment, among which a crossflow filter and an FT-IR analyser. The winery’s quality system could make some large industrial groups jealous. Adega de Borba is involved is many research projects. A new site for production and storage has been bought recently. A quest for efficiency, respect for the environment and the search of ease of use are guiding principles for the team, both in the day to day grind and in bigger decisions and investments. It was thus only natural for Adega de Borba to switch to membrane-based tartaric stabilization.

 STARS30: energy savings and ease of use

Acquiring a STARS30 unit will allow Borba’s team to break free from cold stabilization and its shortcomings (notably energy consumption and heavy work for the cellar hands).

The winery also expects increased reliability, flexibility and a protected wine quality – with much less oxygen dissolution than with cold stabilization. Adega de Borba uses cutting edge technologies to give its terroir the spotlight, and the result is worth it: warm, supple and full reds, fragrant and fresh whites, with an unbeatable value for your money.

Nós recomendamos. Bem-vindos ao Alentejo!

Une STARS30 au cœur de l’Alentejo

Mi-février, notre équipe technique s’est rendue à la cave coopérative de Borba, au cœur de l’Alentejo pour quelques jours de formation qui ont permis à l’équipe de la cave de prendre en main leur nouvel outil : une STARS30 pour la stabilisation tartrique. Cette semaine de rencontre et d’échanges nous a permis de découvrir une région riche d’histoire et une cave coopérative au dynamisme exemplaire.

Alentejo : la belle n’est pas endormie

Atterrir à Lisbonne, ne pas s’attarder sur la côte et filer vers la frontière espagnole, au mépris des recommandations classiques des guides touristiques. Nous voilà dans l’Alentejo, niché à l’est de de Lisbonne, qui s’étend sur la majeure partie de la moitié sud du Portugal. Que la quiétude des villes et la nature préservée ne vous trompent pas : dans l’Alentejo, on avance tranquillement, mais sûrement. Les rues calmes cachent des trésors historiques, des monuments somptueux, une gastronomie rustique et pointue, et des caves où s’élaborent de véritables pépites œnologiques.

Des vins de caractères

Les richesses sont avant tout naturelles : la région produit du marbre et du liège ; ses sols de schiste, de granite et de calcaire se prêtent à l’élaboration de vins de caractère. Au cours des siècles, l’Alentejo a d’ailleurs séduit nobles et têtes couronnées qui ont élu tour à tour Evora ou Vila Viçosa comme lieux de villégiatures. Aujourd’hui, l’Alentejo a beaucoup à offrir à l’amateur de bons vins, royal ou roturier. En rouge, les assemblages donnent la part belle à la trincadeira, à l’aragonez (alias portugais du tempranillo), à l’alicante bouschet – auquel on doit la couleur intense du nectar, ainsi qu’aux cépages « internationaux » que sont la syrah et le cabernet sauvignon. En blanc, on se délecte de l’aromatique antao vaz, de l’arinto et du roupeiro. Près d’un million d’hectolitres sont produits sur les 22 000 hectares de l’appellation, les trois quarts en rouge. Adega de Borba, avec une production de 120 000 hl, s’impose comme un acteur de taille dans la région, aussi bien en volume qu’en renommée.

Adega de Borba : une tradition, être pionniers

Bien qu’encouragée par les pouvoirs publics, la fondation de la cave coopérative, en 1955, était un pari : le secteur viticole était à l’époque anecdotique dans l’économie de la région, basée alors sur la production céréalière. Le pari s’est révélé gagnant : aujourd’hui, Adega de Borba regroupe 300 coopérateurs sur plus de 2000 hectares et emploie 62 personnes. Bien sûr, si le terroir et la qualité des raisins sont à l’origine ce succès, il a fallu bien plus pour transformer l’essai : l’esprit d’innovation, la volonté de toujours progresser et l’utilisation intelligente des technologies et savoir-faire modernes qui guident l’équipe d’Adega de Borba depuis plus d’un demi-siècle y sont pour beaucoup. Tout d’abord, la cave ne « fait pas son âge » : soigneusement entretenue, éclatante de propreté, incluant de nombreux équipements modernes -filtre tangentiel, analyseur Foss, elle fait mentir nombre de clichés sur les caves coopératives. Une démarche qualité à faire pâlir les plus grands groupes internationaux est mise en place. La cave s’implique dans de nombreux projets de recherche scientifique. Un nouveau site de production et de stockage a été acquis récemment. La recherche de l’efficacité, le respect de l’environnement et la recherche d’ergonomie sont des principes qui guident l’équipe de la cave au jour le jour comme dans ses projets d’investissement ; c’est donc naturellement qu’Adega de Borba s’est tournée vers la stabilisation tartrique membranaire.

STARS30 : économie d’énergie, gain en ergonomie

L’acquisition d’une unité de stabilisation STARS30 va leur permettre de s’affranchir de la stabulation à froid, plus énergivore et pénible pour les opérateurs. Adega de Borba compte aussi gagner en réactivité, en fiabilité de la stabilité et en respect du vin, avec une dissolution bien moindre d’oxygène.

La cave se sert des technologies les plus pointues pour laisser le terroir s’exprimer pleinement, et le résultat est à la hauteur : des rouges chaleureux, souples et charnus, des blancs parfumés et frais, à des rapports qualité-prix imbattables.

Nós recomendamos. Bem-vindos no Alentejo !